Quelle journée... Je me faisais à manger et Sookie est arrivée en miaulant et s'est allongée sur le dos, elle ne miaulait pas comme d'habitude, je l'ai caressé pour la rassurer car elle respirait assez vite, puis j'ai continué à faire à manger, mais elle s'est remise à miauler et a essayé de se relever, et là j'ai vu qu'elle ne tenait pas sur ses pattes arrières.
Gros stress, je cherche l'annuaire, puis je vais sur internet (c'est plus rapide pour voir le véto le moins loin), aucun n'est ouvert avant 14h et il était 13h, bon ya un véto qui est pas loin mais l'adresse est bizarre, j'y vais comme ça le temps que je trouve ce sera ouvert. et bien j'ai pas trouvé, je vais à un autre qui n'est pas trop loin, et ça tombe bien il viens d'ouvrir, une femme avec un dalmatien a RDV avant moi, le véto me demande quand même pourquoi je suis là et je lui explique entre 2 sanglots les symptomes de Sookie dont la langue ne cesse de devenir de plus en plus violette. Puis j'attends, Sookie miaule, je la rassure en lui parlant et passant mes doigts au travers de la grille de sa cage, c'est touchant de voir que quand je la caresse ça la calme, mais ça se voit qu'elle souffre. Le véto arrive, il me dis qu'il faut que j'aille à une clinique à Trappes car il n'a pas les appareils pour lui faire une échographie car il pense que ça viens du coeur, il lui fait un piqure pour la soulager et m'explique en détail comment me rendre à la clinique. Je lui demande combien je lui dois, et refuse (c'est très touchant comme geste)
Arrivée à la clinique, la véto me prends Sookie, elle reviens me dire de rentrer chez moi, car pour le moment ils vont la stabiliser, ils lui ont mis un cathéter et un masque à oxygène et après ils vont lui faire l'échographie. J'ai le sentiment que je ne la reverrais plus...
Je rentre chez moi, ça faisait bizarre de ne pas voir Sookie se précipiter vers moi à mon arrivée, je mange car je commençais à me sentir un peu mal, je vais m'allonger un peu au soleil pour décompresser, et la véto appelle, et m'annonce qu'elle est décédée d'une embolie pulmonaire, je suis retournée à la clinique pour m'occuper des papiers pour l'incinération et récupérer son box et son collier. 
C'était mon bébé, elle me calinait, elle me remontait le moral lors de mes coups de blues, c'est fou ce qu'elle semblait comprendre ce que je disais et des fois elle avait ses coups de folie, j'ai encore du mal à réaliser que je ne vais plus la caresser, que je ne vais plus la serrer dans mes bras...


J'avais trop hate que mes 2 bébés se rencontrent, Sookie était si docile, si calme avec les enfants malgré les malheurs qu'ils essayaient de lui faire (surtout mon filleul Guénolé!!).
Je suis soulagée d'avoir été en congé, j'ai pu profiter d'elle ce dernier mois pendant mon arrêt maladie, et je vous raconte pas le choc si j'étais rentrée du boulot aujourd'hui et la retrouver morte, là j'ai fait vraiment le maximum pour la sauver.

Par contre je vais attendre mon accouchement avant de reprendre un chat, pour le moment ça va être trop difficile de la remplacer et surtout je ne veux pas que le nouveau chat souffre trop de la comparaison car ma Sookie était vraiment parfaite à mes yeux!

Ajout : Gigi, je ne peux m'empêcher de me dire que là où elle est elle trouvera Kali (je voulais le marquer mais j'avais peur de mal l'écrire et de l'écrire comme le chanteur que j'aime pas du tout!! j'arrête pas de faire des ajouts à cet articles car ya tellement de choses que j'ai envie de dire). J'aimerais bien les voir... peu être cette nuit en rêve....

En y repensant je me dis que peut être l'éleveur belge était au courant car en y repensant son excuse pour la vendre (on l'a acheté adulte avec sa maman qui avait déjà fait trop de portée et selon l'éleveur Sookie n'était pas coopérative pour les saillies, mais bon les femelles sont jamais trop coopératives pour les saillies quand on sait comment ça se passe...) ou même le prix défiait toute concurrence. Mais bon on a passé quasiment 2 années magnifiques avec notre bébé, j'ai trop envie de faire des posters de ses photos et les accrocher partout mais bon ça va vite me foutre le cafard aussi...

Ce matin, après avoir amené Samuel à la gare je suis retournée me coucher et comme à son habitude à chaque fois que je m'allonge elle est venue s'allonger près de moi, je suis sûre qu'elle sentait à quel point sa présence était importante pour moi. Maintenant il ne reste que ses poils un peu partout sur les vêtements et dans l'appartement, sa litière, ses balles semées sous les meubles, ses gamelles...
Retour à l'accueil